jeudi 25 mai 2017

La cité du futur



Robert Charles Wilson - La cité du futur - Denoël Lunes d’encre






Dans les plaines de l’Illinois au sud de Chicago surgissent en 1876 deux tours géantes que le monde va connaître sous le nom de Futurity city. Construite pour cinq ans par un magnat industriel du XXI e siècle, qui a découvert le voyage dans le temps, la cité devient un site touristique pour les hommes du XIXe siècle et leurs descendants. Contre de l’or les premiers peuvent visiter la Tour no 2, vitrine technologique du futur. Les seconds sont hébergés dans la Tour no 1 qui abrite aussi le personnel administratif. Ils découvrent à leur tour l’Amérique d’alors.
Jesse Collum, un des employés de la région chargé de la sécurité, sauve la vie du président Ulysse Grant venu admirer les édifices. Apprenant que le tueur autochtone disposait d’une arme sophistiquée de son époque, August Kemp, propriétaire de Futurity city, charge Collum d’enquêter sur un trafic de contrebande en compagnie d’une femme du XXIe siécle

Après le très bon Affinity, Robert Charles Wilson livre un thriller assez traditionnel, situé dans l’Illinois et l’ Ouest Américain, notamment à San Francisco où s’affrontent les gros bras de la pègre. Jesse Collum est issu de cette ville. Fils d’un père alcoolique employé comme videur dans un lupanar, il passe son enfance en compagnie de prostituées chinoises. Malgré les apparences Earl Collum inculque à son rejeton quelques valeurs morales et surtout a la bonne idée de confier son éducation et celle de sa soeur Phoebe à leur tante, Abigaïl Hauser. Au fil des années, s’il n’a pas oublié les leçons de la rue, Jesse devient un homme intelligent et prudent, hanté par un passé violent.

Elizabeth DePaul est attirée par le mélange de force et de fragilité de son binôme. Cette militaire mère d’une petite fille fuit un mariage foireux et un mari taulard. Une histoire d’amour naît entre les deux héros et fournit un second fil conducteur à un récit qui en a bien besoin. Le thriller est tout de même un peu convenu et sans surprises avec quelques séquences de bagarre façon Gangs of New York.

L’écriture sauve le tout. Wilson sait construire un roman, épaissir des personnages. Pour s’en convaincre on relira les dix premières pages du chapitre 8. Collum est envoyé par Kemp à la recherche de touristes fugitifs. L’ensemble forme une nouvelle comme enchâssée dans l'ouvrage. On croirait le départ d’une uchronie.

Le mythe du Progrès prend ici un sérieux coup. Sa dénonciation outrancière aussi. Finis l’éblouissement et l’apocalypse. On mesure le chemin parcouru par les auteurs de science-fiction avec le constat en demi-teinte dressé par  Robert Charles Wilson. Le passé et le futur soldent le compte de leurs désillusions et de quelques avancées. L’illustration vespérale de la couverture rend bien compte de cette ambiguïté : s’agit il de monuments ou de pierres tombales ?

Les humains dépeints par Wilson, oscillent souvent « entre deux mondes incertains ».Chacun des protagonistes tente ici comme Roméo et  Juliette de s’affranchir de son propre univers pour rejoindre l’autre. On n’oubliera pas le superbe travail d’Aurélien Police qu’on aurait bien vu illustrer les J’ai Lu de l’époque Sadoul. Après tout les voyages dans le temps sont fait pour cela.


Aucun commentaire: