jeudi 30 mars 2017

Fear Agent




Rick Remender, Tony Moore, Jerome Opena - Fear Agent - Akileos





Quelque part dans le futur, la Terre subit les ravages d’un conflit qui oppose deux races extra-terrestres, les Tétaldiens et les Dressites. Ces derniers, croyant avoir affaire à des terroristes, anéantissent une partie de l’Humanité. Dans les victimes figurent le père et le fils de Heathrow Huston, propriétaire d’un ranch dans le Texas. Quelques années plus tard, séparé de Charlotte sa femme, l’ancien Fear Agent erre solitaire dans le cosmos, noyant son chagrin dans le whisky et bavardant avec Annie, l’IA de sa fusée. Il subsiste en flinguant des ET sur commande. Appelé pour inspecter une station spatiale de ravitaillement, il tombe sur des Dressites qui expédient sur Terre par containeurs entiers des entités exterminatrices, les « Mangeurs » . Pour Huston, la guerre reprend …




Rick Remender et les dessinateurs Tony Moore et Jerome Opena figurent régulièrement au sommaire des parutions Marvel. Ils ont publié l’ensemble des récits composant Fear Agent entre 2008 et 2011. On sait que Tony Moore a puisé dans Blueberry de Jean Giraud la figure de Heat. Le personnage évoque aussi une déclinaison de Duke Nukem (1), mais un Duke qui aurait échangé la bière contre le whisky et un supplément d’âme, fin connaisseur des spiritueux et de Mark Twain qu’ il cite à tout bout de champ. Et increvable avec ça.

 

Fear Agent retrouve l’esprit des pulps, avec des extra-terrestres croqués façon vintage : cerveau en bocal pour les « immortels » Tétaldiens, Dressites au look d’amibes, Méduses, et Gardiens de l’éternité dont un doté d’une tête en feux tricolore.  Les rebondissements incessants dissimulent un pitch soigneusement élaboré, surtout dans le premier tome. Le héros n’a qu’une obsession, retrouver sa femme, en dépit de  quelques rencontres sentimentales, et même s’il lui faut pour cela défourailler à tout instant, face à des bestioles agressives. Sous l’étalage texan on notera quelques finesses, une allusion bien sentie à la fratrie Bush, un épisode uchronique inspiré de Blueberry. Bref que du bon

La livraison Akileos est somptueuse. On aurait aimé un marque page en fil pour pallier l’absence - bien compréhensible eu égard aux dessins pleine pages - de numérotation. L’éditeur a publié un troisième tome regroupant des aventures de Heathrow Huston hors cycle.



(1)   jeu vidéo des années 90.




2 commentaires:

Douglas a dit…

"faut rentrer à la maison...ou quelque chose comme ça.."

Soleilvert a dit…

Heathrow Huston pense la mème chose, mais lui remmènerait la bouteille.